Musée de la mécanographie

Ce musée regroupe une collection mécanographique constituée d’une vaste collection de machines à écrire et à calculer, dont 253 sont exposées incluant certains spécimens rares bien connus des collectionneurs.

Une partie de cette collection, ayant appartenu à Mr PREJEAN, mécanographe à Draguignan marque la chronologie de l’industrialisation réunissant la signature de prestigieux constructeurs.

De précieux spécimens en état d’origine y sont exposés : La Millionaire, crée par le coureur automobile des années 20 Léon Bollé, fut présentée à l’exposition Universelle de 1889. Elle amènera une multiplication directe, alors que les calculateurs précédents tel l’Arithmomètre (1820) furent suivis par une multiplication en une suite d’additions…
Elle sera utilisée notemment par W. Pickering vers 1905, lors des calculs qui mettront en évidence une planète X au delà de Neptune. Sa production, réalisée par l’ingénieur suisse Egli, sera de l’ordre de 4655 exemplaires et s’arrêtera en 1937.

Ces mécaniques de chiffres et de lettres incluent également de très belles caisses enregistreuses de style nouveau siècle, et début XXe siècle. Ces mouvements, engrenages et articulations s’apparentent à l’univers de l’horlogerie , des automates du métier à tisser mécanique et de l’armurerie.


Le département des machines à écrire se découvre à l’étage avec une centaine de pièces, traversant le siècle depuis les ancêtres de la très célèbre Remington, Underwood et de nombreux noms prestigieux et évocateurs : Adler, Japy, Mercedes …


Un voyage dans le temps vous y attend !

Musée de la mécanographie – rue de la Prison – 83830 Bargemon

Horaires de avril à septembre – Entrée gratuite

MER – JEU : 10h00 – 12h00  et 14H30 – 18H30

VEN – SAM : 14H30 – 18H30

DIM : 16h00 – 19h00

Courriel : museemachines@gmail.com

The World USA (1886)

Cette machine de genre virotype était largement diffusée à l’époque. 

Le modèle du musée a appartenu au prestigieux ingénieur Eiffel

MASTER (1930)

Machine à calculer

OLIVER 10 (1917)

Lors de la recherche des emplacements de la corbeille, le fabricant canadien Thomas Oliver opta pour une disposition latérale.